Adresse à la mendiante de Venise

Adresse à la mendiante de Venise

Trébuchant sur le corps d'une SDF en plein coeur de la Sérénissime, une narratrice ne peut plus se détacher de son souvenir et fait de cette rencontre l'incarnation de tous les laissés-pour-compte.

Venise, un soir de décembre, entre le pont de l'Accademia et la place Saint-Marc. Une femme marche : cette ville est son échappée, elle y revient régulièrement, y puise des forces secrètes. Elle voudrait offrir à son enfant le goût de la beauté pour fêter ses 5 ans, plus tard elle l'emmènera à Rome. L'enfant questionne, découvre, le monde c'est ce qu'il voit, il est joyeux, protégé, surprotégé. Soudain, à l'entrée de la basilique, la femme bute presque sur une masse qu'on devine sous un tas de chiffons. Seul un bras se montre, tendu vers les passants, tous indifférents. Il suffit parfois d'une secousse du réel pour prendre conscience de ce qui était là, sous nos yeux, qu'on repoussait, qu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous