Aubes d'Oliveira

Aubes d'Oliveira

Alors que Manoel de Oliveira a eu 105 ans le 11 décembre dernier, paraît en livre-DVD sa première fiction - et son premier film parlant -, Aniki-Bóbó (1942). Le futur centenaire se montre déjà doué pour les vrilles temporelles. Si, à 33 ans, il est encore un débutant, il est d'emblée un ancien : son tout premier film, le documentaire Douro, faina fluvial (1931), était muet - et le réalisateur se refusa longtemps au parlant, au point d'attendre onze ans avant de retourner. Dès lors, Aniki-Bóbó apparaît comme un double retour en enfance : celle d'Oliveira (le film suit les tribulations d'une bande de gamins à Porto, où le cinéaste a grandi), mais aussi l'enfance r ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous