Aux pays des désastres

Aux pays des désastres

Ilse Aichinger publia son unique roman, Un plus grand espoir, en 1948. Elle fut l'une des premières à aborder la question des persécutions nazies dans une fiction, d'inspiration autobiographique.

Lecteur, qui entre dans le monde d'Ilse Aichinger, abandonne sur le seuil l'inutile bagage de la logique. Ou retrouve celle de ton enfance, que tout dans ces pages, roman, impressions et nouvelles, t'invite à réinventer. Réapprendre les pouvoirs de la langue capable de dire les rêves et d'approcher ce cauchemar qu'est alors la réalité, c'est la leçon de l'Autrichienne demi-juive qui eut 15 ans au moment de l'Anschluss. Leçon admirable et demeurée sans équivalence dans la littérature germanique qui survécut au nazisme. L'héroïne d' Un plus grand espoir est plus jeune que son auteur lorsqu'elle tente de rejoindre sa mère en Amérique, d'échapper à la haine puis à la guerre ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous