Bains de mer, écumes de rage

Bains de mer, écumes de rage

Dès les premières lignes de La Maison atlantique, le lecteur est saisi par l'urgence émanant de la voix qui l'interpelle. L'auteur éprouve d'ailleurs la nécessité de marquer ses distances avec le narrateur : il dédie ce roman « à la mémoire de [son] père qui, lui, fut un homme admirable », alors que le fils qui analyse les événements ayant bouleversé son existence pendant l'été de ses 18 ans est en conflit ouvert avec son père, « un prédateur [...] qui se croyait tout permis, et dont l'égoïsme paraissait sans limites ». La règle des trois unités de la tragédie classique est respectée. Le récit se déroule sur un mois, dans une maison familiale de vacances. L'action est concentrée ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous