Baudelaire et Pascal, deux coeurs mis à nu

Baudelaire et Pascal, deux coeurs mis à nu

Pascal imprègne le pessimisme et la religiosité paradoxale du poète, sur le fil entre oraison et blasphème.

La source de la misère profonde qui affecte la condition humaine est à chercher, aux yeux de Pascal, dans une nature humaine intimement blessée par la chute originelle. Même s'il se heurte au mystère de la transmission de génération en génération de cette tare coupable, totalement « contraire aux règles de notre misérable justice », il la défend et la justifie comme étant une source irremplaçable d'intelligibilité de Dieu et de la nature humaine. En dépit d'un vocabulaire quelque peu différent et dans le sillage des écrits de Joseph de Maistre, on retrouve les mêmes constatations dans la pensée de Baudelaire. Comme l'écrit Claude Pichois : « Sous l'influence de Maistre, il déplaçait l'acc ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous