Bloy ou la fureur du juste

Bloy ou la fureur du juste

On le connaît gueulard et drôle, fin et méchant, absolument conservateur et admirablement doué. Au lieu de l'inscrire dans la longue tradition des écrivains réactionnaires, François Angelier propose ici d'approcher Bloy sous l'angle de la théologie. Certes consacré à un « mystique de la douleur », ce petit livre tient en grande partie de l'exercice biographique classique (l'enfance, l'adolescence, la maman, l'église, etc.). Mais l'auteur laisse percer des éclairs directement venus d'en haut. Et c'est déjà beaucoup d'être, au moins une fois, frappé par la foudre.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous