Bréviaire des artificiers

Bréviaire des artificiers

Si à l'image de Breton l'on s'avisait aujourd'hui de publier une Anthologie de l'humour noir et qu'on y logeât des auteurs contemporains, il ne paraît pas excessif de dire qu'un extrait de Bréviaire des artificiers y mériterait sa place. N'importe quel extrait, d'ailleurs, tant ce registre prédomine. Composé de dix leçons encadrées par un préambule et un épilogue, conçu dans la tradition du dialogue maître/esclave-bientôt-disciple, écrit dans un style volontiers dix-huitiémiste et illustré de parodies de planches comme toute encyclopédie digne de ce nom, ce vade-mecum du terrorisme considéré comme l'un des beaux-arts emprunte aussi bien à Debord qu'à Sain ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous