Céline, voyage au bout de l'inédit

Céline, voyage au bout de l'inédit

Ainsi qu'en témoigne la parution de lettres encore inédites, la correspondance de l'écrivain, profuse, demeure largement inexplorée.

Faudra-t-il sans cesse déminer cette prose ? Retrouver une correspondance de Céline, de surcroît datée du Danemark, c'est un peu comme tomber sur un trésor enfoui et une bombe de la Seconde Guerre mondiale : s'y retrouveront mêlés l'or de la littérature et les miasmes de l'antisémitisme célinien ; l'humanité que l'auteur, médecin des pauvres, témoignait à l'égard des individus et sa haine incandescente de l'espèce. Ainsi des lettres souvent désespérées qu'il adressa à son confrère et ami de longue date, le docteur Alexandre Gentil. Retrouvées par les héritiers du praticien, mises en vente en mai 2011 par la maison Artcurial, elles font aujourd'hui l'objet d'une édition luxueuse - avec fac ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous