Dans le ventre de Londres

Dans le ventre de Londres

L'errance d'un jeune loup déchu dans une capitale anglaise électrique et enfiévrée.

Dans son précédent livre, Béton armé, Philippe Rahmy racontait sa valse lente dans les bras de Shanghai : la masse démesurée de la mégalopole face au poids de son propre corps, fragile, bousculé, défié. Et, à la fin de ce voyage réel et intérieur, il semait quelques maximes, balises pour les romans à venir : « Écrire comme la fumée des égouts, comme la pluie des boulevards », et plus loin : « Il suffirait de s'installer dans une ville, n'importe laquelle, pourvu que son murmure couvre celui de l'esprit. » De ces phrases-manifestes, Allegra porte la trace. Nous ne sommes plus à Shanghai mais à Londres, plus en autobiographie mais en fiction, et plus dans le corps entravé ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous