De l'art de tomber amoureux

De l'art de tomber amoureux

Peut-on encore décrire un coup de foudre, une première rencontre amoureuse, sans sombrer dans la mièvrerie ou le cliché ? Beaucoup d'auteurs contemporains le croient et n'hésitent pas à affronter cette figure, sur laquelle tant de génies littéraires ont déjà planché, de Mme de La Fayette à Proust. Peut-être s'agit-il alors non d'éviter les stéréotypes, mais de jouer avec ou de les défier.

L'amour est entré dans sa vie par « effraction », quand son coeur croyait avoir fait le tour de la question. Gilles Leroy était en tournée pour son roman Alabama Song, prix Goncourt 2007, lorsqu'il a rencontré Marian, jeune Roumain de vingt ans son cadet. « Je descendais d'avion, ni plus ni moins, le jour déclinait ce 2 février 2008 lorsque par surprise - par ruse, presque, tant j'étais égaré, vulnérable, étourdi dans l'immensité vide de l'aérogare - je suis tombé amoureux pour la dernière fois de mon existence », écrit-il dans Dormir avec ceux qu'on aime (1), récit d'une passion née non pas au premier regard, mais à la première poignée de mains : « Aimer - aimer comme j ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous