Deleuze, de l'air !

Deleuze, de l'air !

Visant à « sortir de la philosophie par la philosophie », Gilles Deleuze a totalement renouvelé l'exercice de sa discipline. Vingt ans après sa mort, cette pensée de l'ouverture, à la fois accueillante et intimidante, imagée et technique, est encore lue de manière trop spécialisée et éclatée.

Disparu il y a vingt ans par suicide - un geste stoïcien : ne respirant plus qu'avec un demi-poumon, il ne pouvait presque plus parler ni travailler -, Gilles Deleuze occupe une place à part dans la galaxie des penseurs de la French theory. Alors que, malgré la haine que leur portent encore certains, les oeuvres de Foucault, Bourdieu et Derrida ont rejoint le « corpus » des sciences humaines, la sienne demeure un peu en marge - plus sollicitée par les théoriciens de l'art que par les philosophes. Pour user de l'un de ses termes fétiches, elle paraît toujours « en devenir ». Non pas qu'elle ne soit plus lue (elle est presque autant traduite que celle de Derrida), mais on la fréque ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous