Dernières salves surréalistes

Dernières salves surréalistes

Le poète croate Radovan Ivsic évoque avec délicatesse les ultimes années de Breton et de ses affidés.

Cela aurait pu être un simple témoignage plein de souvenirs intimes et d'anecdotes cocasses, une hagiographie ou un règlement de comptes avec ceux qui n'ont pas trouvé grâce aux yeux de l'auteur. Mais ce court récit autobiographique, aussi élégant et resserré que marqué par la modestie, est plus que cela. Dans ce texte tranchant et précis Radovan Ivsic raconte son arrivée à Paris en 1954, après avoir fui la Yougoslavie de Tito et les conflits qui l'opposent aux intellectuels locaux, qui ont presque tous fait allégeance au pouvoir en place. Cette histoire va être marquée par une cascade de « hasards objectifs » qui amènent l'auteur à rencontrer Benjamin Péret, puis André Breton et le group ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous