Des bêtes et des hommes

Des bêtes et des hommes

on achève bien les tortues

Ces dernières années, on parle très souvent de polar écologique, mais on ne peut pas affirmer pour autant qu'il y a là un genre littéraire bien délimité et bien défini. Ce qui est sûr, c'est que de nombreuses fictions criminelles tournent de plus en plus autour de diverses questions liées de près ou de loin à l'environnement et à la protection de la nature, par exemple La Mort au fond du canyon de C.J. Box, La Constance du jardinier de John Le Carré, Mort blanche de Clive Cussler ou H2O inc. de Varda Burstyn. Et ce qui est sûr également, c'est que de tels ouvrages ont en général davantage d'impact que de pieux discours.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous