Des créatures obstinées

Des créatures obstinées

La première publie dans Granta, Harper's et The Paris Review, la seconde a les faveurs de McSweeney's et Mississippi Review. Dépaysantes, grinçantes, baroques, les nouvellistes Aimee Bender et Courtney Eldridge se sont imposées simultanément dans les lettres américaines. Étrange Aimee Bender : si ses nouvelles analysent le monde et savent le regarder en face, elles n'en relient pas moins la vie au songe, le réel à l'illusion. Au palmarès de ses « créatures obstinées » s'inscrivent ainsi dix hommes auxquels les médecins viennent d'annoncer qu'il ne leur reste plus que deux semaines à vivre, un géant qui s'achète un petit homme ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous