Des images à la marge

Des images à la marge

Qu'advient-il lorsque la plume imite le pinceau ? Lorsque l'encre cède à la couleur ? Qu'au lieu de dire « une fleur ! », l'écrivain s'aventure à en dessiner les « calices sus » ? Parfois de l'à-côté et du badigeonnage ; d'autres fois des miracles : portraits irréprochables ou esquisses envoûtantes. Parmi les quelque cent écrivains occidentaux dont Donald Friedman recense ici les incursions graphiques figurent sans surprise Hugo et ses lavis de suie et café, Cocteau et ses visages linéaires - la fameuse « écriture renouée autrement » -, ou encore Michaux et ses énergiques sismogrammes. Mais loin s'en faut que la tentation de ces trois-là soit restée marginale. Sait-on qu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous