D'Olivio à Olivier

D'Olivio à Olivier

Brigitte Giraud se met dans la peau d'un préadolescent portugais parachuté dans la France du début des années 1970 : l'enfant d'une dictature finissante découvre les stigmates de la guerre d'Algérie.

Se placer à la hauteur de ceux que l'on veut raconter. Glisser ses mots dans les phrases d'un personnage inventé. Recréer la façon dont il s'intéresse aux petits riens - car cette façon dit tout... Si Brigitte Giraud écrit si souvent « je », c'est que son art repose sur une empathie étroite avec ses personnages - et il ne s'agit pas d'imitation, mais d'incarnation. Qu'elle prenne la plume, et Brigitte Giraud devient autre. La jeune fille d'Une année étrangère envoyée en Allemagne. Le narrateur emprisonné de La Chambre des parents. Et, aujourd'hui, le petit Olivio de Nous serons des héros, roman resserré comme un poing autour d'un coeur palpitant - ici l'émotion ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous