Daniel Mandelsohn, le syndrome de Télémaque

Daniel Mandelsohn, le syndrome de Télémaque

À travers Ulysse et Télémaque, Homère médite sur la paternité et la filiation. Dans son tout dernier livre, l'auteur américain des Disparus, Daniel Mendelsohn, fait le récit poignant de son rapprochement tardif avec son père, sous le signe de L'Odyssée.

« Ô Muse, conte-moi l'aventure de l'inventif :/celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra,/ voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d'usages,/ souffrant beaucoup d'angoisses dans son âme sur la mer/ pour défendre sa vie et le retour de ses marins/ sans en pouvoir pourtant sauver un seul, quoi qu'il en eût [...]. » Ainsi commence L'Odyssée dans la traduction de Philippe Jaccottet (1955), en France la plus connue. J'avais 7 ou 8 ans quand mon père sortit de sa bibliothèque le texte relié en simili-cuir noir édité par Le Club français du livre pour me lire ce passage et quelques autres qui devaient marquer mon enfance et une bonne partie de mes goûts. Très vite, je me ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous