Duvert de gris

Duvert de gris

Une évocation de Tony Duvert, figure sulfureuse des années 1970 qui sombra dans une solitude sinistre.

Deux ans après la disparition de Tony Duvert, dont le corps avait été découvert, plusieurs semaines après sa mort, à la fin de l'été 2008, dans sa maison de Thoré-la-Rochette, Gilles Sebhan publiait L'Enfant silencieux, un beau livre qui n'était ni une biographie ni une étude, mais une sorte de « tombeau », ce genre antique relancé par les littérateurs fin de siècle - un mélange de portrait, d'hommage, d'essai, bref, une méditation sur ce maudit dont on ne mesure plus toujours bien l'importance qu'il a eue dans les années 1970, quand le monde littéraire le regardait comme le plus prometteur des nouveaux talents. (« La rumeur rive gauche est formelle, écrivait Poirot-Delpech en 19 ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous