En ville, les cartes du pouvoir

En ville, les cartes du pouvoir

Influer sur l'environnement d'une population urbaine constitue un gage de pouvoir essentiel. Les intuitions foucaldiennes à ce propos peuvent éclairer les récents mouvements de révolte en Turquie, qui avaient pour origine une décision d'urbanisme.

Par un hasard des circonstances, tandis que la traduction en turc de l'ensemble des cours de Michel Foucault était entamée, une révolte politique inédite éclata à Istanbul comme dans plusieurs villes turques, en mai 2013. Comme le souligne Jean-François Pérouse, « jamais en Turquie la révolte n'a été aussi urbaine, voire urbanistique - c'est-à-dire déclenchée et alimentée d'abord par des enjeux d'aménagement urbain - que la révolte du parc Gezi du juin 2013 (1) ». Dans un pays gouverné par un conservatisme néolibéral qui s'implique activement dans la gestion des espaces publics, les analyses foucaldiennes sur le gouvernement des populations par les dispositifs de sécurité, notamment à tra ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous