Fausse joie

Fausse joie

Quand on a appris que La Nouvelle Revue française mettait en ligne cent huit ans d'archives et rendait publics ses premiers numéros, comprenant des articles d'André Gide ou de Guillaume Apollinaire, on s'est jeté dessus, ravi de découvrir les débuts d'une des revues les plus importantes pour la littérature du XXe siècle. Mais notre enthousiasme a vite été refroidi : chaque exemplaire numérisé est vendu 12,90 euros.

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous