Foucault, à nouveau

Foucault, à nouveau

Riches archives inédites tout juste acquises par la BnF, édition des cours au Collège de France… Trente ans après la mort du penseur, le Foucault que le lecteur de 2014 découvre a beaucoup changé.

Si les anniversaires sont, la plupart du temps, l'occasion de faire retour sur la figure d'un auteur, sur les richesses inexplorées de son oeuvre, le cas de Michel Foucault pose, trente ans après sa disparition, un problème différent. De retour, il ne saurait ici être question. D'abord parce que l'auteur des Mots et les Choses a explicitement dénoncé la vanité de ces regards en arrière, par lesquels on entend conjurer la nouveauté des choses dites en la rapportant à quelque sens caché, qui aurait simplement attendu qu'on le décèle. Commentant la réédition de son Histoire de la folie, il écrivait ainsi à propos de ce livre : « Quant à la nouveauté, ne feignons pas de la d ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous