Georges Limbour, le poète incarné

Georges Limbour, le poète incarné

« Un pirate grimpant à des cordages », c'est ainsi que Leiris se représente Limbour. Pour l'auteur de La Règle du jeu, la cadence aérienne de son ami, son « esprit profondément libertaire » et indifférent à toute stratégie littéraire, et la « coulée » de son écriture se condensent dans l'image unique d'une « allure merveilleusement dégagée ». À cette image, Leiris oppose un autoportrait déceptif, le casanier contre le voyageur, les détours contre la fraîcheur, tout en affirmant : « J'eusse été, assurément, un homme très différent de celui que je suis si nous ne nous étions jamais rencontrés. » Tout commence en 1922, quand Max Jacob recommande Limbour à Leiris comme modèle en poés ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous