Hélène Cixous et Monique Wittig : écrire après Beauvoir

Hélène Cixous et Monique Wittig : écrire après Beauvoir

De même qu'elles sont différemment liées au Mouvement de libération des femmes, ces deux écrivaines d'avant-garde n'ont pas lu et interprété Le Deuxième Sexe de la même manière. Leurs commentaires condensent bien des enjeux littéraires et politiques de la deuxième vague féministe.

En 1969 et en manière de célébration paraît Le Malentendu du Deuxième Sexe de Suzanne Lilar (PUF). L'ouvrage fait grand bruit, notamment parce qu'il annonce « manquer de respect à Simone de Beauvoir » et « profaner Le Deuxième Sexe », paru vingt ans plus tôt. Si l'on sait que Beauvoir qualifie en retour le texte de « scientisme fumeux (1) », certains critiques de l'époque y voient la preuve que les écrits beauvoiriens appartiennent à un passé désormais révolu. Moins d'un an plus tard, le Mouvement de libération des femmes, pour qui Le Deuxième Sexe fait figure de référence et Simone de Beauvoir de symbole, leur apporte un cuisant démenti : l'oeu ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous