Heidegger, vérolé en son être

Heidegger, vérolé en son être

L'engagement nazi du philosophe, qui ne fait plus aucun doute, révèle les impensés de l'Occident.

L'« affaire Heidegger » s'était muée en une sorte d'interminable feuilleton historico-politico-moral, qui n'était que très accessoirement philosophique et venait, à intervalles quasi réguliers, agiter le « monde intellectuel ». Cette controverse, qui dure maintenant depuis un bon demi-siècle, avait engendré aussi toute une scolastique. Elle avait son épistémologie - la bataille sur l'établissement des faits et les traductions possibles très diverses des propos du Maître -, son interrogation assermentée associée à un vocabulaire lui aussi obligé - l'oeuvre du « berger de l'Être » a-t-elle été « contaminée » par ses positions politiques, et jusqu'en quel point ? -, et sa cartographie : d'un ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous