Horreur et damnation !

Horreur et damnation !

D'une grande intelligence formelle, un thriller traque un génie invisible du cinéma d'épouvante.

Cela s'appelle un bonheur de traduction. Un titre banal, Night Film (le film de la soirée à la télévision aux États-Unis), qui devient par le miracle d'une transmutation en français Intérieur nuit. Deux mots, et tout est dit. L'expression technique renvoyant à l'univers du cinéma, mais, aussi et surtout, à cette part sombre et mystérieuse de l'être humain sur laquelle nous préférons ne pas nous interroger. On retrouve dans ce deuxième roman les thèmes et les techniques narratives qui nous avaient conquis dans le premier livre de l'Américaine Marisha Pessl, La Physique des catastrophes. Cette manière un rien ironique de nous proposer un thriller addictif, cette f ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous