Jean Rolin parachuté aux Palaos

Jean Rolin parachuté aux Palaos

L'écrivain explore une île perdue du Pacifique, théâtre oublié d'une terrible bataille en 1944.

Nous autres lecteurs fidèles de Jean Rolin voulons bien croire qu'une grande partie de son oeuvre est un jeu (un jet) aléatoire de fléchettes contre un planisphère muet où il décocherait en aveugle malicieux des traits acérés, banderilles sur le dos du monde, dont nous pouvons admirer le bouquet d'empennages taillés dans la plus belle des plumes. Les flèches tombent comme s'il en pleuvait sur une ligne de front, une frontière belge, un détroit d'Ormuz, à Dinard, à Cherbourg, parfois elles tombent à l'eau, sur des canaux, ces chemins d'eau, entre deux îles Aléoutiennes, ou en pleine mer pour vérifier que cet écrivain de marine a bien les deux pieds marins.

La dernière flèche, brute ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous