L'écrivain chrétien le plus libre

L'écrivain chrétien le plus libre

Lorsqu'il m'arrive de me replonger dans la lecture des Pensées, j'ai toujours recours à l'édition Brunschvicg, dans la collection cartonnée des classiques Hachette, celle-là même qui me révéla, à 17 ans, l'essentiel de ce que je trouverais, une fois pour toutes, dans la fréquentation de Pascal. Je ne me suis jamais senti chez moi dans l'édition Lafuma. Elle était venue tard et dérangeait par trop mon schéma initial de lecture. Comme mon usage des Pensées n'avait de rapport qu'à ma propre vie intérieure, loin de tout projet didactique, je pouvais sans vergogne relire les mêmes pages, assuré de rejoindre et de ranimer l'émotion qui m'avait saisi adolescent et dont ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous