L'éloge du déplacement

L'éloge du déplacement

Montaigne, en éclaireur, nous invite à penser ailleurs. Pour lui, la plasticité de la pensée et des sentiments est une aubaine, un atout pour la condition humaine : elle ouvre les possibles. Loin des morales rigides et des gravités arrêtées, il affirme que l'esprit n'est pas fâcheusement versatile et inconstant, mais fort heureusement mobile et mouvant. Et c'est cette qualité qu'il cherche à saisir sans la figer. La formule est fameuse, elle dément les ontologies roides et les identités plombées : « Je ne peints pas l'estre. Je peints le passage 1 . »

Il nous rappelle qu'il est bon de changer de position pour changer de point de vue. Sortir de soi d ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous