L. A. exponentiel

L. A. exponentiel

À travers dix-sept voix différentes, un roman virtuose replonge dans les émeutes qui embrasèrent Los Angeles en 1992, et, au-delà, dans une Amérique qui demeure largement invisible.

Enfin une découverte de rentrée qui ne relève pas de l'hallucination collective. Violent, échevelé, et néanmoins rigoureusement structuré, le livre de Ryan Gattis sur les émeutes de Los Angeles a estomaqué les critiques français après avoir coupé le souffle aux américains - logique, c'est un roman coup de poing. Un concentré de dix-sept narrations à la première personne compactées en six jours séparés par des pages noires - lesquelles matérialisent les K.-O. infligés au lecteur. Comme le confie le brave pompier Smiljanic, un des rares personnages positifs du roman, « il y a une Amérique cachée à l'intérieur de celle que nous montrons au monde entier ». Et c'est cette Amérique - jeunes mem ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous