La leçon américaine

La leçon américaine

À plusieurs reprises dans les Essais , Montaigne évoque le sort désastreux réservé aux Amériques, récemment découvertes, par l'Occident. Une vision de l'Histoire qui annonce les réflexions du siècle des Lumières.

Le monde de Montaigne ressemble déjà au nôtre. Il est global. Il est morcelé. De plus, il oppose une extrême richesse à une extrême pauvreté. C'est tout d'abord un archipel universel, dont les multiples unités communiquent les unes avec les autres. C'est un monde en mouvement où les îles, voire les continents en dérive s'entrechoquent. Les grandes navigations, un siècle plus tôt, ont décloisonné l'Occident, l'ouvrant à toutes les aventures et libérant tous les appétits. Depuis lors, la conquête et le pillage de l'Amérique ont produit un séisme sans précédent. En moins d'un siècle, c'est tout un continent qui a été ravagé et sa population exterminée par les épidémies, le travail forcé ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous