La pléiade wanted, morts ou vifs

La pléiade wanted, morts ou vifs

De plus en plus d'auteurs entrent de leur vivant dans la vénérable collection : après Lévi-Strauss ou Kundera, voici venu le tour de Jean d'Ormesson, avant Tournier ou Bonnefoy. Un tournant dans ce panthéon de l'édition ?

Bonne nouvelle : on peut postuler tout vif à l'éternité - entendez la prestigieuse collection de La Pléiade, où une publication « vaut un prix Nobel », dixit Marc Fumaroli, et fournit une incomparable assurance contre la mémoire qui flanche. Qu'on en juge : hier Lévi-Strauss, Kundera et Jaccottet, bientôt Tournier et Bonnefoy, aujourd'hui Jean d'Ormesson... Le paradis sur papier bible verrait donc sa maigre délégation de vivants tourner en colonie ?

N'exagérons pas : depuis la fondation de la collection en 1931 jusqu'en 2008, vingt-cinq volumes ont été publiés du vivant de leur auteur, soit 4,6 %. Depuis mai 2008 (et la parution du volume 543, consacré aux Œuvres ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous