La stratégie d'Éros

La stratégie d'Éros

Des problèmes d'érection à la question de la prostitution, en passant par les mérites comparés de la polygamie, Montaigne aborde les questions d'ordre sexuel avec curiosité, mesure et discernement, bref, en philosophe.

De trop petite taille pour avoir la moindre allure, gauche et sans prestance, le sexe court et menu, hanté par des cauchemars d'impuissance sexuelle dès la cinquantaine, desservi par une multitude de défauts dont il dresse la liste accablante dans les Essais , Montaigne se sentait si peu de charme au physique qu'il en concevait une sorte de dégoût pour sa propre personne. On en a déduit que Montaigne n'était pas l'ami de soi-même et que son écriture avait été une manière de conjurer sa difficulté d'être. Faut-il y croire ? Sur tous ces sujets, nous ne savons en somme que ce qu'il a bien voulu nous en dire. Sa complaisance à pousser au noir ces « iniquités » du destin ne ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous