Labou Tansi, furieux prophète

Labou Tansi, furieux prophète

Des essais inédits ravivent la flamme du Congolais, parfois emphatique mais le plus souvent visionnaire.

À sa mort, Sony Labou Tansi laissait derrière lui six romans, plus de vingt pièces de théâtre, plusieurs recueils de poésie et un grand nombre de lettres, articles divers, interviews et préfaces dont Le Seuil propose cet automne une sélection sous le titre, Encre, sueur, salive et sang. Le lire permet de redécouvrir une oeuvre en dents de scie, mais majeure, et injustement oubliée, de l'Afrique francophone.

Aîné d'une fratrie de sept enfants, Sony Labou Tansi est né en 1947 dans le village de Kimwanza, au sud de l'actuelle Kinshasa. La langue en vigueur était le kikongo, le dialecte bantou parlé dans la majeure partie de l'Afrique de l'Ouest, dialecte dont des formes créol ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous