L'autoportrait

L'autoportrait

Les Essais ne sont ni une véritable autobiographie, ni un journal personnel. Montaigne ne raconte pas tant sa vie qu'il la dessine et l'invente : son identité, changeante et contradictoire, se constitue au fil des pages.

Je suis moi-même la matière de mon livre », déclare Montaigne dans l'avis « Au Lecteur » de la première édition des Essais 1580. Déclaration fameuse qui a suscité des jugements de toutes sortes et beaucoup de contresens. Longtemps, les critiques ont estimé que le « moi » avait plutôt la portion congrue dans les essais écrits avant 1580, et que même après cette date, il fallait bien ajuster ses lunettes pour le trouver dans certains chapitres. De là vient l'opposition entre ceux du début, jugés impersonnels, et ceux du livre III, où l'auteur se donnerait beaucoup mieux à connaître. La critique de cette époque voulait une peinture du moi, analogue à celle que l'on trouvai ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous