Le Dernier Monde

Le Dernier Monde

Une saine prudence, et non une coupable paresse, explique la méfiance éprouvée par tout lecteur normalement constitué devant un livre de cinq cents pages : la lecture est un blind date et il est préférable de prendre d'abord le café avant de s'engager à passer toute la nuit avec un parfait inconnu. La presse est pourtant entrée comme un seul homme dans Le Dernier Monde , l'imposant roman de Céline Minard, pour en ressortir enchantée, comme en témoignent les recensions déjà parues. Plutôt que de rappeler l'histoire de retour sur terre, un cosmonaute entreprend un grand voyage autour du monde, mystérieusement dépeuplé, de gloser sur le style une écriture re ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous