Le fracas historique comme preuve du divin

Le fracas historique comme preuve du divin

Le catholique et le scientifique pourrait seulement se fier aux essences immuables : ses Pensées renvoient pourtant très fréquemment aux vicissitudes de l'histoire. Le chaos apparent cristallise selon Pascal la misère de l'existence incroyante et ne rend que plus nette la force de ce qui y résiste - la foi.

Dans un siècle prétendument essentialiste, Pascal est tout sauf indifférent à l'histoire. En science, où sa préface au Traité du vide fait de lui un moderne avant la fameuse querelle, il a conscience de s'inscrire dans une tradition - il démontre en 1658 l'égalité des lignes spirale et parabolique « à la manière des Anciens » -, et son originalité même recourt pour se prouver au récit historique, comme dans l'Histoire de la roulette la même année. En matière religieuse, il procède à un véritable travail d'historien dans son Abrégé de la vie de Jésus-Christ en 1655, mais c'est dans les Pensées qu'il fera systématiquement fond sur l'histoire pour son proj ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous