Le géomètre de l'impossible

Le géomètre de l'impossible

Si le savant s'est toujours gardé de tenter de prouver l'existence de Dieu, ses recherches lui ont appris à envisager et à intégrer « l'incompréhensible ».

Étienne Pascal a appris à son fils que « tout ce qui est l'objet de la foi ne le saurait être de la raison ». Vice-versa, l'affaire Galilée a convaincu Blaise que l'Église a tout à perdre à vouloir régenter les savants : ce n'est pas, dit-il, un décret de Rome contre le mouvement de la Terre qui prouvera qu'elle demeure en repos. Il n'approuve d'ailleurs pas non plus les tentatives de certains apologistes pour appuyer la religion chrétienne sur la science : quand on s'adresse à des « personnes destituées de foi et de grâce », leur dire qu'ils « n'ont qu'à regarder la nature, et le cours de la Lune et des planètes » pour y voir Dieu, c'est leur « donner sujet de croire que les preuves de n ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous