Le pari du cinéma

Le pari du cinéma

Pascal aurait-il réduit l'art du film au seul « divertissement » dans lequel s'oublient les hommes ? Toujours est-il qu'il a piqué au vif des cinéastes, parmi lesquels Rohmer, Haneke et Bresson.

Arrivé depuis peu à Clermont-Ferrand, Jean-Louis (Jean-Louis Trintignant), ingénieur et catholique pratiquant, décide, un jour, par une « idée brusque, précise, définitive », d'épouser Françoise (Marie-Christine Barrault), une jeune femme blonde qu'il croise plusieurs fois en ville, par hasard. Dans ces apparitions impromptues qui ponctuent Ma nuit chez Maud (1969) d'Éric Rohmer, Jean-Louis voit un signe auquel il se doit de répondre. Par hasard aussi, il rencontre Vidal (Antoine Vitez), un ami d'enfance devenu professeur de philosophie. Ici, Rohmer se fait probabiliste et défenseur d'une très pascalienne « géométrie du hasard » : pour Jean-Louis, il était totalement improbable q ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous