Le Paris de Henry Miller

Le Paris de Henry Miller

Sur les traces de l'écrivain, qui coulait au début des années 1930 des Jours tranquilles à Clichy, avant de retrouver, en 1934, le 18 villa Seurat à Montparnasse.

Il y a toujours une certaine mélancolie à suivre les traces d'un écrivain disparu. Le Paris mythique des années 1930, qu'en reste-t-il ? Des livres, des photographies, des tableaux, des histoires. Et d'autres livres, d'autres photographies, d'autres histoires qui tentent de les raconter et de les faire revivre. Qui pourrait imaginer aujourd'hui un écrivain sans le sou comme Henry Miller, vivant aux crochets de ses copains ou de l'épouse d'un banquier comme Anaïs Nin, et installant ses pénates dans un atelier de la villa Seurat ? Dans la rue voisine, une pancarte accrochée sur les volets fermés d'un rez-de-chaussée minable proclame : deux-pièces, 30 m2, 200 000 euros. À Clichy-la Garenne, ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous