Le septième moi de Juliet

Le septième moi de Juliet

Charles Juliet publie le septième volet de son journal, inauguré en 1957. S'il s'agit du livre de l' Apaisement, on y retrouve sa rigueur tourmentée, son empathie à fleur de peau et son hospitalité pour les autres créateurs.

« Je m'assieds, il m'offre un verre, mais il ne peut supporter mon regard, ne cesse de se lever et de se rasseoir. Une telle attitude m'intimide encore plus et j'ai le plus grand mal à bafouiller quelques questions. » Cela, j'aurais pu l'écrire la première fois que je suis allé à la rencontre de Charles Juliet. La découverte, au hasard d'une librairie, de l'un des tomes de son journal m'avait sorti, comme bien d'autres de ses lectrices et de ses lecteurs, d'une mauvaise passe. Je reste aujourd'hui très fidèle à un projet littéraire qui s'est construit dans la discrétion depuis une note du 3 janvier 1957, jour où un ancien camarade d'école, marin démobilisé, l'a « jeté dans un profond désa ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous