Le Soliste

Le Soliste

À moins de 30 ans, Jean-François Dauven s'affirme comme un virtuose de la construction littéraire. Après Le Manuscrit de Portosera la rouge éd. Ramsay, 2006, il poursuit dans son deuxième roman la chronique de la ville imaginaire de Portosera la rouge, et l'exploration d'une forme : l'évocation par touches rapides de vies ordinaires reliées par le fil ténu des circonstances. Dans Le Soliste , tous les personnages habitent le même immeuble, ou sont concernés par la découverte de mystérieux tuyaux de cuivre qui le parcourent. La ville et l'intrigue sont fictives. Le café Madrid et le secrétariat d'État à la Culture et au Patrimoine n'existent que dans l'ima ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous