Les alcôves grecques comme laboratoire

Les alcôves grecques comme laboratoire

Si l'Antiquité grecque a toujours intéressé Foucault, elle devient décisive à la fin de sa vie : il y discerne entre autres des conceptions de la sexualité et du sujet radicalement neuves.

Pour rendre compte des derniers livres de Foucault (L'Usage des plaisirs (1) et Le Souci de soi (2)), on a l'habitude d'invoquer un « retour aux Grecs ». Mais quel retour, et quels Grecs surtout ? Quel retour, quand on sait que le premier cours (Leçons sur la volonté de savoir (3)) prononcé au Collège de France en 1971 portait tout entier sur les procédures judiciaires de la Grèce archaïque, que Foucault ne cesse tout au long des années 1970 de commenter l'Œdipe roi de Sophocle et qu'en 1978 il relit Le Politique de Platon (4) ? L'Antiquité a toujours constitué chez lui ce contrepoint solaire à une modernité spontanément pensée comme l'âge des ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous