Les derniers des derviches

Les derniers des derviches

La publication de La Flûte des origines de Kudsi Erguner est un événement. Après trois ans sans nouvelle sortie, « Terre humaine » s'enrichit d'un cent dixième volume. En 1954, lorsque l'ethnologue Jean Malaurie fonde la collection d'anthropologie des éditions Plon, il souhaite donner une voix aux cultures menacées par la modernité. Et c'est bien d'une tradition moribonde qu'il est question ici : le soufisme, branche mystique de l'islam.

Cette « flûte des origines » désigne le ney, flûte en roseau utilisée par les membres de la confrérie soufie des mevlevis, surnommés « derviches tourneurs ». Kudsi Erguner fréquente ce milieu depuis sa naissance, en 1952, grâce à ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous