Les mots et les mots

Les mots et les mots

Même s'il n'écrit plus à ce propos après 1970, Foucault conçoit la littérature comme un salutaire ferment de désordre : en elle se joue la dissolution du sujet et le dérèglement de la langue.

Entre 1962 et 1970, Foucault écrit plus de vingt-cinq textes portant tout à la fois sur des auteurs vivants et sur des écrivains appartenant au passé, mais aussi sur le statut et les fonctionnements du langage, sur la fonction du roman et de la poésie, ou sur le thème - qui ne cessera, dans ces mêmes années, de hanter la réflexion foucaldienne - de la disparition de la figure de l'auteur. Dans cet étrange corpus auquel, en France, il fut rarement accordé une attention réelle, au moins trois grandes lignes et une question semblent émerger.

L'origine et la mort

La première consiste à mettre en évidence dans l'écriture quelque chose qui semble excéder à la fo ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous