L'esprit de résistance. L'écriture à l'épreuve de la maladie

L'esprit de résistance. L'écriture à l'épreuve de la maladie

Ce qui résiste à la mort : canonique définition de la vie par le médecin Claude Bernard. Lutter contre une grave maladie peut révéler de grandes intensités vitales mais aussi remettre en cause les certitudes les plus établies.

Au regard de la distinction qui sépare le monde des bien portants et le « royaume » des malades, la littérature est le terrain le plus efficace pour à la fois établir un pont entre ces deux sphères, traduire la maladie et y résister. Qu'il s'agisse de la tuberculose dans La Montagne magique de Thomas Mann ou dans L'Immoraliste d'André Gide, du sida dans À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie d'Hervé Guibert, ou de la folie - et des souffrances liées à la syphilis - dans les célèbres Cahiers d'Antonin Artaud, la maladie est largement représentée en littérature.

En 2013, L'Empereur de toutes les maladies, de Siddhartha Mukherjee, médecin indo ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous