L'humeur de... Régis Debray

L'humeur de... Régis Debray

2 juillet 2017

« Julien Gracq pensait qu'il y avait toujours eu en France dix mille lecteurs et qu'il y en aurait toujours dix mille. Je suis moins optimiste et je pencherai plutôt pour cinq mille. Nous sommes en tout cas devenus une secte, et je ne m'en plains pas trop. Vivre en décalage par rapport à son époque a du bon, finalement. On voit mieux la pièce du balcon que du parterre. Être un minoritaire-né a beaucoup d'avantages. »

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous