L'idole Picasso

L'idole Picasso

Si Michel Leiris a consacré un nombre considérable d'écrits aux artistes de son temps, comme Miró, Giacometti ou Bacon, il a entretenu avec Picasso une relation très intense. Née au sein du clan Kahnweiler (lire page suivante), sa fascination envers celui qu'il qualifie de « génie sans piédestal » se cristallise en 1944, lors de la représentation, chez lui, de la pièce de Picasso, Le Désir attrapé par la queue, dans laquelle Leiris incarne Le Gros Pied. Lors de ce rite de passage, Leiris, selon le mot de Pierre Vilar, « franchit le miroir », pour s'identifier à jamais à son héros, Picasso. Ils partagent une commune « règle du jeu », fondée sur une conception existentie ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous