L'invention de l'écriture féminine

L'invention de l'écriture féminine

Depuis le lancement de la fusée « écriture féminine » par Hélène Cixous en 1975, la question agite périodiquement les cercles de lecteurs profanes ou autorisés, féministes ou non. Pourtant, ce que l'écrivaine cherchait à inscrire sous ce nom ne relève ni d'une approche sociologique ni d'une définition axiologique de la littérature. L'« écriture féminine » ne désigne pas la littérature produite par des femmes, fait social identifiable et quantifiable pour peu qu'on lui donne droit de citation ; c'est d'ailleurs aux écrivain-e-s féminines nommées Shakespeare, Genet ou Kleist que Cixous faisait la part la plus belle dans son texte Sorties... Elle ne désigne pas non plus tel ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous