Louise Michel feuilletoniste

Louise Michel feuilletoniste

Il est des artistes qui passent l'essentiel de leur existence à la rendre digne d'avoir produit leur oeuvre. Louise Michel faisait l'inverse : quand la presse s'émouvait de la voir défendre celui qui avait tenté de l'assassiner, elle aurait préféré qu'on parle de ses romans. Une équipe de chercheurs du CNRS vient d'en rééditer trois, qui forment un cycle : Les Microbes humains, Le Monde nouveau et Le Claque-dents. Ils répondent à tous les poncifs du roman-feuilleton - personnages manichéens, intrigues enchevêtrées, situations rocambolesques -, mais il s'en dégage un imaginaire vibrant, à tel point qu'on se demande si Louise Michel ne préfère pas aux lendemains qui chante ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous