Louise Michel, l'inlassable insurgée

Louise Michel, l'inlassable insurgée

Jusqu'ici inédit, un nouveau pan de ses Mémoires.

« Je suis libre et ma mère est morte [...]. Les maîtres ont eu l'obsession de me faire sortir de prison une fois ma mère morte. » Condamnée à six ans de réclusion pour « excitation au pillage », Louise Michel sera graciée par Jules Grévy. Déjà auteur de plusieurs romans, elle avait publié le premier tome de ses Mémoires et avait décidé, au grand dam de son éditeur, d'en offrir la suite au journal L'Égalité. Ce sont ces feuillets - dont la somme atteint tout de même les 350 pages patiemment éditées par Claude Rétat, directrice de recherches au CNRS - qui paraissent pour la première fois en volume. Aux yeux de Louise Michel, ce deuxième tome n'a rien à voir avec le précéde ...

Réservé aux abonnés au site
Abonnez-vous au site pour lire l'intégralité de cet article.
Déja abonné ? Identifiez-vous